dessaintSi le grand Serge écrivait qu'il faut "fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve" et que dans son premier album "Mademoiselle" Berry nous affirme : "n'ayez pas peur du bonheur, il n'existe pas !", je m'inscris en faux : le bonheur existe.
Ainsi, samedi 27 septembre au thêatre du pavé de Toulouse, Pascal Dessaint nous livrait une lecture de son dernier roman à paraître en novembre 2009. Non, il ne s'agit pas d'une erreur de frappe j'ai bien écrit 2009. Une heure durant, il a lu à voix haute ce que jusque là il avait écrit tout bas. L'exercice n'est pas simple, il s'en est pourtant bien tiré. A la fin du troisième chapitre, la frustration de ne pas en savoir plus était là. Alors je voulais sur ce blog, une fois n'est pas coutume, remercier cet auteur pour ce joli cadeau, et vous inviter à partager son l'univers. Son côté pile et ses chroniques sur le monde et la vie qui nous entoure, son côté face avec ses polars. Nino Ferrer chantait "je voudrais être noir", il ne disait pas s'il voulait être aussi noir que les polars de Pascal Dessaint, toujours est-il que lorsque l'on en tient un, on ne le lâche plus.
Merci Môssieur pour ce cadeau et pour finir par une chanson, je garderai "le petit bonheur".
Bonne nuit les petits...

PS : J'ai aussi noté que je pourrais travailler plus sur ce blog. Message reçu, je vais revenir en force.;-)